Colette Victor : portrait de femme qui inspire et la puissance de l’amour


Lorsque je suis allée avec ma famille en Polynésie pour la 1ère fois, pour des vacances, et que nous avons choisi de résider sur le motu Tané, Paul Emile Victor (PEV) était déjà décédé et nous avons rencontré sa femme, Colette Victor et son fils Téva (et sa femme…) en train de construire leur maison sur l’îlot voisin. Moment rare. Est-ce cela aussi le succès ?

Paul-Émile Victor est né à Genève le 28 juin 1907, mort le 7 mars 1995 à Bora-Bora à 88 ans, où il avait trouvé « refuge » en 1977 avec sa femme Colette et leur fils Teva. C’est l’explorateur polaire que tout le monde (ou presque ?) connaît, scientifique, ethnologue, écrivain français (auteur de plus de 40 ouvrages scientifiques), fondateur et patron des expéditions polaires françaises durant 29 ans.

A 70 ans, il réalise son second rêve d’adolescent avec sa femme Colette et leur fils en s’installant sur leur motu vierge en Polynésie française, le Motu Tane (« l’île de l’homme » en langue tahitienne) où il passe sa retraite à rédiger ses mémoires, des articles… tout en jouant encore à l’occasion de son énorme aura médiatique dans des causes diverses et en recevant le gotha scientifique planétaire de passage dans sonîle paradisiaque.

Aujourd’hui le motu a été vendu à François Nars, le Fondateur et patron de Nars Cosmétiques,et c’est devenu une île-maison d’hôtes de luxe « l’île de l’amour universel ». Merveilleux.

C’était magique pour nous que d’habiter pendant un mois sur cet îlot (le motu) enchanté à Bora-Bora, dont on pouvait faire le tour à pied en quelques minutes, avec un groupe électrogène pour toute électricité, et surtout des bébés requins à pointe noire qui venaient nous chatouiller les pieds au petit matin. Et des livres par milliers laissés tels quels par PEV dans le bureau qu’il avait occupé jusqu’à sa mort et que Colette avait choisi de laisser intact.

Nager avec les raies ailées au-dessus des coraux…goûter le poisson cru au lait de coco, le cochon de lait cuit dans les feuilles de bananier, enfoui dans un four éphémère creusé à même le sol dans la terre….loin de tout….prendre la pirogue à balancier pour aller à Bora Bora nous ravitailler.

Dormir sous la moustiquaire. Regarder les milliers d’étoiles alongés sur la plage le regard embrassant le ciel. Tous ces petits poissons qui venaient nous picorer lorsque nous entrions dans l’eau pour nous rafraîchir. Les demoiselles, ces poissons jaunes et noirs tout droit sortis d’un film de Walt Disney.

Les plats de sashimi de marlin délicieux concoctés par Colette pour ses hôtes au soleil couchant.

Les moutons qui désherbaient l’îlot en permanence. Les oiseaux.Loin de tout. Le bonheur simple quoi.

De Paul-Emile Victor, bien que je ne l’ai pas connu, je retiens : « Ce n’est pas ce que nous sommes qui nous empêche de réaliser nos rêves ; c’est ce que nous croyons que nous ne sommes pas. »

Et aussi Colette, si blonde, toujours en paréo rose savamment noué, toujours élégante sur ce bout de terre perdue au milieu de nulle part, loin de la civilisation et de son chic 16ème arrondissement à Paris. Elle aurait pu sans dépareiller descendre les marches du festival de Cannes instantanément, nu-pieds cependant. Elle venait de terminer son livre « Le Cœur d’un couple ».

Elle me racontait que Paul-Emile Victor lui avait promis que quand il décéderait, il lui enverrait un message de l’au-delà si c’était possible et il le croyait. Elle aussi. Quand on a dispersé ses cendres dans l’océan, un nuage en forme de cœur est apparu dans le ciel au-dessus du bateau. Pour Colette c’était sa réponse. La réponse de l’amour. De son amour.

Je me souviens aussi de ses mots :

« L’aventure est un état d’esprit. Elle se trouve dans le cœur de l’homme. L’aventure, c’est être capable de refuser son destin, être prêt à partir à tout moment, concevoir encore et toujours de nouveaux projets, ne pas être assis, c’est en un mot vivre sa vie et la construire. »

ET

« La seule chose dont on soit sûr de l’échec, c’est celle que l’on ne tente pas. »

Le livre de Colette est un cri d’espoir pour toutes les personnes qui ont perdu un « être cher ».

Témoignage poignant du couple formé par Paul-Émile Victor, grand explorateur polaire et humaniste, et sa femme Colette, ce récit relate une expérience exceptionnelle, de par leurs 30 ans de différence d’âge, et leurs 30 ans de vie commune à la Robinson sur un petit îlot du Pacifique, à Bora Bora.

Aujourd’hui, même la mort ne parvient pas à les séparer et Paul-Émile Victor continue d’envoyer à Colette de nombreux signes pour attester de sa survivance et de son Amour. Elle seule peut en témoigner.

Colette Victor a vécu en Polynésie, sur un îlot de Bora Bora où Paul-Émile Victor et elle s’installèrent au début des années 1970. Elle a décidé de se consacrer ensuite à ceux qui ont besoin d’aide et d’écoute.

Son ouvrage intéressera les « polaires » qui ont connu Paul Emile et Colette Victor…et les autres.

C’est un récit assez étonnant, émouvant, intimiste par moment, mais hors du commun, que nous livre Colette Victor dans ces pages.

Vous vous rappelez peut-être l’annonce du décès de PEV, le 7 mars 1995, paru dans la LETTRE 37 (page 41), et rédigé par lui- même : « Je pars dans le vent et probablement le. néant. Mais si ce néant s’avérait être un trésor, je ne me battrais pas contre les puissances des ténèbres pour faire entendre ma voix, enrichie de cette expérience nouvelle, pour vous dire la promesse que j’aurais arrachée, au silence ».

Le 13 mars 1995 le navire de la Marine Dumont d’Urville quitte Bora-Bora avec, à bord, le cercueil de PEV, qui doit être immergé en haute mer. La famille est réunie sur la plage arrière sous un soleil de plomb. « Lorsque soudain, avertie, par ma nièce, je levai les yeux au ciel. je vis alors, incrédule puis bouleversée, le signe éclatant que Paul-Emile, nous envoyait de l’au-delà.
Dans l’immensité de ce ciel dégagé, un seul nuage dessinait les contours parfaits d’un cœur entouré. d’une spirale.. Cétait prodigieux « .

Un cœur qui restera visible toute la durée de la cérémonie.

Premier signe que Paul-Emile adresse aux siens, nouvelle preuve pour Colette de leur amour qui dure depuis vingt-six ans. Une histoire d’amour et d’espoir, pour tous ceux qui cheminent sur la voie du couple comme pour tous ceux qui souffrent de la perte d’un être cher.

Seule, Colette Victor se remet en question. Elle a décidé de se consacrer à ceux qui ont besoin d’aide et d’écoute. Et, déjà, les droits de ce livre seront reversés aux Restaurants du cœur.

A votre succès durable tel que vous le définissez,
Amitiés
Virginie
La Partenaire de votre succès en action
VIRGINIE JOANNES RESULTS COACHING SYSTEM
Vision.Valeur.Action.Résultats…en un temps record!
virginie.joannes@orange.fr
+33(0)633 79 02 85

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s